INTERVIEW JEAN-LUC BAILLET

Publié le 11 Août 2010

INTERVIEW JEAN-LUC BAILLET

Allez, c’est parti :

“Gib : -Comment t’es venu l’envie de devenir réalisateur ?

Jean Luc Baillet : Comme beaucoup d’autres réalisateurs avant moi en visionnant des films au cinéma et en louant énormément de VHS au vidéoclub du coin. Je trouve que le cinéma est un média fascinant pour raconter des histoires.

Quels ont été les films qui t’ont marqués dans ta jeunesse ? Et quels sont tes films préférés aujourd’hui ?

Comme beaucoup de personnes de ma génération la 1ère trilogie « Star Wars » fut une énorme claque ! Après je dirai « Blade Runer », « Brazil », « Terminator », « Robocop », « Mad Max 2 » et encore beaucoup d’autres, les années 80 sont très riches en grands films. La liste de mes films préférés aujourd’hui est bien trop longue ! rires

Je n’en citerai que quelques uns, les premiers qui me viennent à l’esprit :

« Bienvenue à Gattaca » de Andrew Niccol, « Le Seigneur des anneaux » de Peter Jackson, « Batman Begins », « The Dark Knight » de Christopher Nolan, « Intacto » de Juan Carlos Fresnadillo, « The Machinist » de Brad Anderson, et « Watchmen » de Zack Snyder.

INTERVIEW JEAN-LUC BAILLET

Ton parcours ?

Je fais bref ! Une fois l’obtention de mon Bac comptabilité & Gestion, je suis rentré à l’université de Lille III pour suivre un Deug Médiation Culturelle et Communication Option Filmologie. En parallèle de mes études j’ai fais énormément de stages pratiques dans le secteur de l’audiovisuel. Ces différentes expériences m’ont amené vers la profession d’assistant réalisateur et maintenant vers celle de réalisateur.

Qu’est ce qui t’as poussé vers les films de genre ?

Principalement par affinité et par sa grande richesse thématique. C’est le registre dans lequel je me sens le plus à l’aise actuellement pour développer mes histoires.

Tu es aussi assistant réalisateur, sur quels films as-tu travaillé ?

J’ai principalement travaillé sur des téléfilms unitaires et des séries télés pour France Télévision par exemple « Une famille à tout prix » de Jacques Renard et les séries « Docteur Sylvestre » et « Blandine l’insoumise ». J’ai beaucoup appris sur la réalisation en travaillant sur ces tournages.

Quels sont tes projets à venir ?

Je travaille sur plusieurs projets de courts métrages. Le premier est un thriller « Chute Libre » et le second est un film fantastique « Le Phare de Kernnec » qui est actuellement en réécriture. J’espère si tout va bien tourner le premier cet hiver…

INTERVIEW JEAN-LUC BAILLET

Qui est ton réalisateur préféré ?

Je n’ai pas à proprement parlé de réalisateur préféré mais plusieurs comme par exemple :

Vincenzo Natali, Jaume Balaguero, Nicolas Winding Refn, M. Night Shyamalan et Hideo Nakata.

Dernier film vu au cinéma ? C’était bien ?

C’était « District 9 » de Neill Blomkamp, un film de SF fort sympathique !

As tu une origine cinématographique préférée ? Américain, français, Asiatique, espagnol…?

Non, aucune, j’aime tout ! rires

Après c’est vrai sans tomber dans un phénomène de mode qu’il y a toujours des périodes plus fastes que d’autre pour un pays à un moment donné dans le film de genre.

Aimerais-tu travailler sur une série télé ? Y’a-t-il des séries que tu apprécies ?

Oui, bien sur. J’ai d’ailleurs été attaché à la réalisation de plusieurs séries courtes, mais elles ne se sont jamais faites pour différentes raisons…

Oui, énormément comme par exemple Battlestar Galactica (la nouvelle série) et Master of Horror, qui me semble incontournable. Après dans les séries françaises, j’apprécie NerdZ et la Flander’s Company pour leurs humours et leurs inventivités débridés !

CONTRETEMPS

- Comment t’es venu l’idée du scénario de « Contretemps » ? Quelles ont été tes inspirations pour ce film ?

’idée m’est venue à la fac de Lille III, alors que j’étudiais le travail de l’artiste néerlandais M. C. Escher. J’étais assis sur un bac à côté d’un escalier et regardant monter et descendre les étudiants, je me suis dis que se serait amusant de faire une histoire autour d’un personnage bloqué dans un escalier et d’en réaliser un film ! rires

Mes inspirations pour ce court métrage en dehors de la BD à proprement parlé ont été le travail de M. C. Escher, pour le côté surréaliste et absurde des situations et Jacques Tati pour l’humour.

Tu as présenté ce film à plusieurs festivals, quels retours en as-tu eu ? De la profession ? Du public ?

J’ai eu globalement des retours très positifs de la part des professionnels et du public qui ont souligné les qualités du film et son originalité. Ils ont beaucoup apprécié le mélange des genres.

Quels prix a remporté le film ?

Le Delta Film Award du meilleur film au Festival du Film Fantastique de Manchester (Royaume-Uni), le Prix du Public au Festival C Trop Court de Jeumont (59) et le Prix du Jury au Festival des Nations de Ebensee (Autriche)

Dans ce film, le personnage principal est dessinateur, es-tu passioné par la bande dessinée ?

Oui, je suis un grand lecteur de bande dessinée depuis toujours. C’est pourquoi j’ai trouvé intéressant de faire un film hybride entre le cinéma et la BD mes deux passions pour en souligner les similitudes (profondeur de champs, notion de cadrages, éclairages, etc.).

Tu as eu recours à beaucoup d’effets numériques ?

Non, une petite vingtaine réalisé en post-production. C’était principalement des incrustations de blue screen, comme les dessins dans les cases de BD et des mattes paintings pour prolonger les décors existants, comme par exemple le couloir dans le second chapitre (Marc contre-attaque).

Le personnage du second dessinateur ressemble à George Lucas ou à Peter Jackson, est ce voulu ? rires

Oui, c’est un clin d’œil à Peter Jackson dans sa période « Le Seigneur des anneaux » ! rires. Il représente l’archétype du créateur.

Quelles ont été les principales difficultés pour la réalisation de ce film ?

En dehors des principales difficultés inhérentes au court métrage à savoir le manque de temps et d’argent, c’était la gestion des problèmes techniques et l’encadrement d’une équipe de 30 personnes qui fut assez complexe !

Des passages comme celui où le héros pose une question à la marionnette dans la rue a-t-elle été improvisé pendant le tournage ou étais-ce écrit dans le scénario ? Y’a-t-il eu des phases d’improvisation dans le film ?

Non c’était déjà dans le scénario, il n’y a eu aucune improvisation sur le tournage faute à un plan de travail très serré. Je me suis tenu au storyboard que j’avais réalisé avant le tournage. J’espère avoir plus de temps sur mon prochain court métrage pour pouvoir expérimenter des choses avec les comédiens et voir ce qui en découle.

Question à double choix et à justifier si besoin

Tu préfères plutôt Il faut sauver le Soldat Ryan ou Full Metal Jacket ?

J’aime énormément le travail de Steven Spielberg, mais je dirai « Full Metal Jacket » pour son incroyable maîtrise.

Plutôt Alien de Ridley Scott ou Aliens de James Cameron ?

« Aliens » pour la simple raison qu’il était très dur, voir impossible de faire une suite à la hauteur du premier et James Cameron l’a fait !

Plutôt Halloween ou Vendredi 13 ?

Sans hésitation « Halloween » de John Carpenter un de mes films de chevet.

Plutôt Le labyrinthe de Pan ou Sleepy Hollow ?

« Le labyrinthe de Pan », je n’ai jamais trop accroché à l’univers de Tim Burton malgré ses qualités. Par contre je suis un inconditionnel de Guillermo del Toro, j’attends toujours ses films avec une grande impatience, son prochain film « Bilbo le Hobbit » ne déroge pas à la règle bien au contraire !

Question finale de la mort : Plutôt Renny Harlin de la fin ou Uwe Boll des débuts ?

Dur comme question, ce n’est pas la question de la mort pour rien ! rires

Je dirai Renny Harlin…

L’interview est terminée, Merci Jean-Luc.”

Pour voir le film “Contretemps” de Jean-Luc Baillet, c’est ici :

http://contretempslefilm.free.fr/film.htm

Rédigé par Gib

Publié dans #Interview

Commenter cet article