Publié le 30 Septembre 2013

Reboot or not reboot ?

Une jeune demoiselle en fauteuil roulant, Nica, vit avec sa mère dans une grande demeure. Un matin, un livreur vient leur apporter un colis contenant "Chucky", la fameuse poupée. Quelques jours plus tard, la mère de Nica est retrouvée morte... Afin d'être présents à l'enterrement et pouvoir régler quelques droits de succession, la sœur de Nica, son mari, sa fille, la nounou et un curé (non, ce n'est pas le début d'une blague !), viennent passer quelques jours dans la demeure familiale. Des moments difficiles s'annoncent et c'était sans compter sur la poupée maléfique.

Retour aux sources pour la petite poupée rousse au travers de cette suite aux allures de reboot. En effet, même si cette malédiction se passe à la suite des précédents opus, n'espérez plus voir de fiancée ou de fils de Chucky ! Notre "brave gars" revient seul pour ce nouveau carnage au ton plus sérieux et plus proche de l'original.

CURSE OF CHUCKY - La critique
CURSE OF CHUCKY - La critique

Accueil mitigé.

Si vous avez lu des commentaires sur le net, vous avez pu constater que les avis divergent énormément sur ce nouvel opus et sur la direction prise. Salutaire pour certains, ennuyeux voir catastrophique pour d'autres, le nouveau film de Don Mancini divise clairement. Sachez qu'à la projection à laquelle j'ai assisté, les avis étaient aussi partagés. Un drôle d'accueil donc, pour ce film sympathique et qui n'en demandait pas tant puisqu'il semble n'avoir pour unique prétention que de faire plaisir aux fans de la première heure. En effet, fini l'humour à outrance (ou presque), les aventures et les scènes parodiques, "Curse of Chucky" revient aux fondamentaux de la saga mais aussi à ceux du film d'horreur tout court, en plaçant la quasi-intégralité de son action dans une grande bâtisse gothique. Ainsi, ce nouveau "Chucky" rappelle les long-métrages d'antan, à l'époque où Vincent Price faisait fureur dans les films d'épouvante. Préparez-vous donc à des portes qui grincent et à des nuits d'orage. Une ambiance à l'ancienne réjouissante et bien installée, dès le début du film, lors de la présentation des ces personnages différents, aux relations ambiguës, "obligés" de vivre sous le même toit suite au décès d'un membre de leur famille.

Poupée rousse et roulette russe.

Pour les fans de films de maisons hantés, ce cadre est donc jubilatoire mais Chucky est-il aussi efficace pour foutre la trouille que les fantômes qui habitent généralement ce genre de lieu ? Oui, lorsque la poupée maléfique assaisonne une des assiettes du souper avec de la mort aux rats, nous laissant le plaisir d'essayer de deviner qui aura le malheur de manger le repas empoisonné. Une sorte de roulette russe culinaire savamment mijotée par un Don Mancini inspiré et qui jubile, à travers ses cadrages et ses dialogues, à installer et à prolonger le suspense. Inspiré, le réalisateur l'est un peu moins lors de mises à mort plus conventionnelles dans la deuxième partie du film. Une perte d'imagination qu'il tente de combler par quelques blagues, des effets gores ou des filles en sous-vêtements.

CURSE OF CHUCKY - La critique
CURSE OF CHUCKY - La critique

Le plastique c'est fantastique...

Niveau scénario, Mancini fait du neuf avec du vieux. Il mêle une histoire classique et plaisante à des rebondissements, parfois tirés par les cheveux, obligatoires afin d'intégrer ce nouveau volet à la suite de la série (déjà le 6ème épisode quand même !). Des choix scénaristiques et des facilités qui font partie des déceptions d'une partie du public. Et sinon, il est cool Chucky ? Très bien lorsqu'il est une simple poupée de plastique immobile, il devient un peu moins crédible lorsque son visage s'anime, la faute à des effets numériques qui donnent un côté trop lisse et pas assez "jouet" à Chucky. Cela retire malheureusement une grosse partie du facteur "flippe" du personnage. On a l'impression de se retrouver devant un petit garçon sorti d'un dessin animé "Pixar" plutôt que devant une poupée meurtrière. Un peu dommageable surtout que les scènes dans lesquelles Chucky est immobile, le regard dans le vide, sont nettement plus convaincantes.

Conclusion.

Sans être l'épisode du renouveau que l'on espérait, "Curse of Chucky" est malgré tout un bon divertissement à l'ambiance soignée, à la mise en scène efficace et prouve que la saga des "Chucky" arrive à se maintenir à un certain niveau de qualité au fur et à mesure des épisodes malgré des défauts un peu gênants. Et puis bon, ça fait toujours plaisir de revoir ce bon vieux Chucky !

Ma note : 6.5/10

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Critiques