Articles avec #rencontres tag

Publié le 18 Mars 2013

Pour fêter la sortie d'Eject en DVD (ainsi que la re-sortie de "Jurassic Trash"), le producteur et scénariste Julien Richard Thomson ainsi que le réalisateur Jean-Marc Vincent avaient fait le déplacement pour signer des exemplaires des films dans la boutique Movies 2000 à Paris. Vous allez me dire que je parle encore de Thomson et Vincent sur mon blog, vous allez même peut être penser que j'ai des parts chez Jaguarundi, et bien non (même si j'avais mis de l'argent pour feu-Hékatombe sur un site de production communautaire) ! Mais que voulez-vous, quand on aime, on ne compte pas le nombres de posts ! Et puis, c'est le cinéma que j'affectionne ! Si vous voulez un article sur "Boule et Bill", y'a plein d'autres sites pour ça !

RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !
RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !

Bref, revenons à ce beau samedi de mars. C'est avec un accueil chaleureux et des vannes dignes d'Eject que les créateurs du film ont reçu les nombreux fans qui avaient fait le déplacement. Pour l'occasion, le maître des lieux, Jean-Pierre Putters, avait même fait quelques macarons ! Personnellement, j'ai eu droit à une accolade avec Jean-Marc Vincent et à une dédicace personnalisée, sur la jaquette de "Jurassic Trash" de la part de Richard Thomson. C'est pas beau ça ? Pour couronner le tout, j'ai pu discuter avec Benoît Gourley (le lieutenant Joubert) et Joelle Hélary (Lulu), pour mon plus grand plaisir de cinéphile ainsi que prendre plein de photos avec toute la bande.

Car oui, d'autres membres de l'équipe d'Eject sont venus à la dédicace ! De manière non exhaustive, on peut donc citer : Pascal Sellem (le célèbre humoriste et acteur principal du film), Rurik Sallé (le journaliste ex-Mad Movies maintenant à Métaluna mais aussi comédien dans Dead Shadows et plein d'autres trucs cools), Benoit Gourley (formidable lieutenant de police !), Joelle Hélary (Lulu), Tchany Thi et Anksa Kara (actrices d'Eject et de films X), François Bernaud (compositeur), Alexis Wawerka (effets spéciaux) et plein d'autres... dont Eduardo, le chanteur de "Je t'aime le lundi" qui jouait dans "Jurassic Trash". D'ailleurs, voici une petite photo de famille que j'ai piqué sur facebook à un certain Martial, j'espère qu'il ne m'en voudra pas ! Merci en tous cas.

RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !
RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !

Une après-midi pleine de rencontres, de bonne humeur et de cinéphilie dans un lieu mythique de la capitale. Grand merci à tous pour leur accueil et leur proximité. En espérant recroiser ces énergumènes au plus vite et surtout en espérant voir de nouveaux films de leur part, sous peu ! On prie pour que "Bloody Flowers", le dernier film de RJT, sorte enfin. On croise les doigts pour que le projet à la Peckinpah (dont parlait Jean-Marc Vincent dans l'interview sur ce même blog) voit le jour. En attendant, maintenant, on a les DVD de "Jurassic Trash" et de "Eject" pour se ronger le frein !

RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !
RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !
RJT et Jean-Marc Vincent à Movies 2000 !

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Rencontres

Publié le 24 Février 2013

EJECT & JURASSIC TRASH en DVD

Le cultissime "Jurassic Trash" (tourné en 1998 et déja sorti, il y a quelques temps, dans le coffret "R.J. Thomson" regroupant ce film ainsi que les deux "Time Demon") repointe le bout de son nez en DVD dans une collection nommée : "100% Parodie". Dans la même colleciton, on trouve une exclu (en tous cas, moi je ne l'ai jamais vu), le film de Jean-Marc Vincent : "Eject" !

EJECT & JURASSIC TRASH en DVD

Aussi produit par Jaguarundi, "EJECT" est une parodie de "REC" avec un peu moins de thunes mais avec autant de gore et un peu plus d'humour et de filles dénudées. Cela semble, en tous cas, super fendard et complètement décomplexé ! Perso, j'ai hâte de recevoir le DVD.

DVD que vous pourrez d'ailleurs acheter ou aller vous faire dédicacer le 16 mars à MOVIES 2000 puisque R.J. Thomson (réal' de "Jurassic Trash" et producteur de "Eject") ainsi que Jean-Marc Vincent seront dans ce magasin culte pour présenter, vendre et dédicacer ces DVDs.

EJECT & JURASSIC TRASH en DVD

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Rencontres

Publié le 24 Janvier 2013

METALUNA FAIT PEAU NEUVE !

Hier (le 23 janvier donc), avait lieu, au cinéma le Nouveau Latina à Paris, la soirée de lancement du magazine Métaluna, qui sortira en kiosque demain (le 25 janvier donc). Pour accueillir les fans et fêter l'évènement, de nombreuses personnes ayant participé à la réalisation du mag étaient présentes dont le rédacteur en chef : Jean-Pierre Putters et le lead guitar (c'est ce qui est marqué dans le magazine !) : Rurik Sallé. Des noms qui ne sont pas inconnus des fans de cinéma de genre puisque JPP est le fondateur de Mad Movies et Rurik est journaliste dans cette même revue ainsi qu'animateur des émissions Panoramad, Cinémad et qu'il fait plein d'autres trucs grave cools que vous pourrez découvrir si vous lisez l'interview que j'ai faite de lui, il y a quelques temps (voir plus bas dans les posts de ce même blog).

METALUNA FAIT PEAU NEUVE !

En parlant d'interview, je m'étais entretenu avec Jean-Pierre Putters pour la sortie de son livre Mad Movies, Mad...Ma vie, et, à cette époque pas si lointaine, il m'avait parlé de l'envie de sortir un magazine différent de tout ce qui se fait et qu'à ses yeux, lorsqu'il entrait dans une librairie, il y avait un gros manque dans les kiosques. Un trou qu'il voulait combler (je sais que les esprits mal placés sont entrain de rigoler là ! Allez, reprenez vous, y'a encore des trucs à lire) en créant une nouvelle revue. Dans cette même interview, il me parlait de Rurik Sallé et de leurs passions communes. Rien d'étonnant, donc, à ce que les deux hommes soient réunis aujourd'hui pour sortir ce nouveau magazine qu'est Métaluna.

METALUNA FAIT PEAU NEUVE !

Alors, les fins connaisseurs me diront : "Hey, mais Metaluna, y'a déja 8 numéros qui sont sortis !". Certains rajouteront même "batard" à la fin de leur phrase, histoire d'ajouter un brin de violence à leur propos, ce qui donne un style, je vous l'accorde. A ces personnes, je répondrais comme le ferait notre cher Perceval : "C'est pas faux". Mais, pour le passage du fanzine au magazine, Métaluna repart au N°1 et sortira maintenant en kiosque tous les 2 mois ! Et ça, c'est une nouveauté ! Alors, maintenant, je sais que vous avez hâte de savoir ce qu'il y a dans ce fameux Métaluna. Comme je suis un mec sympa, je ne vous laisserai pas attendre demain et je vais vous en dire quelques mots.

Dans Metaluna, vous trouverez donc du pertinent et de l’impertinent, du créatif et du récréatif... du caustique mais peu d’encaustique, ce qui devient rare dans un monde où le consensuel l’emporte, de peur d’offusquer le lecteur, de décourager l’annonceur, de contrarier l’éditeur.

Jean-Pierre Putters (à propos de Métaluna)

METALUNA FAIT PEAU NEUVE !

Venant d'acheter le mag et tout candide quant à son contenu, j'ai demandé à Jean-Pierre Putters : "Quelle est la différence entre Métaluna et Mad Movies ?". Jean-Pierre m'a regardé et m'a répondu : "ça n'a absolument rien à voir, suffit de l'ouvrir pour le voir". Voilà, j'aurai dû ouvrir le mag avant d'ouvrir ma bouche ! Et effectivement, même si le cinéma de genre a une place importante, il n'est pas la seule ligne directrice de Métaluna. La revue donne aussi la part belle à la musique, à la BD, à la littérature, aux expos et même à l'érotisme. Comme l'aime à le dire JPP, Métaluna va à l'encontre de la presse actuelle. Une presse calme, amorphe et qui ne veut surtout pas choquer les lecteurs. Ici, à l'inverse, ne seront abordés que les sujets rock n' roll, preuve en sont les premiers articles et dossiers de ce numéro 1 : Une interview de Rob Zombie, une du groupe Supuration, un dossier sur le festival d'Avoriaz, un autre sur le porno. Des centaines d'autres folies viennent animer la revue : Des bandes dessinées, un roman photo, un débat à trois et même une jaquette de VHS comme à la bonne époque de Télé K7 ! Et encore, tout ceci n'est qu'une infime partie du contenu total !

Ajouter à tout cela, l'humour et le talent de toute l'équipe (JPP et Rurik en tête mais le magazine compte, bien sûr, d'autres personnes dont Fabrice Lambot et Christophe Lemaire), un passage en revue des sorties actuelles ainsi qu'une personnalité forte et unique et vous obtenez un magazine étonnant, détonnant et immanquable. Sortir un mag' est risqué (voir suicidaire diront certains) à une époque où tout se trouve sur internet. Et bien, bonne nouvelle, tout se trouve sur le net...sauf ça ! Une vent de liberté et de folie arrive sur la presse française, préparez-vous à être secoué !

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Rencontres

Publié le 4 Juin 2012

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

Flashback : Nous sommes en 2006. Comme chaque semaine, je me promène dans le rayon "films d'horreur" de la boutique du coin. Je flâne à la recherche d'un film que je n'aurai pas déja afin de passer la soirée tranquille. Dans les nouveautés, mon regard se porte sur une jaquette en espèce de relief. Sur cette jaquette est inscrit : "Alone in the dark". A côté du titre, un sticker promotionnel qui indique : "Le film choc tiré du jeu vidéo".

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

Flashback 2 : Nous sommes en 1996. Je viens d'acquérir, en occasion, le jeu "Alone in the dark 2 : Jack is back". Passionné d'horreur et n'ayant pas d'ordinateur, je me réjouit de goûter, enfin, à ce jeu qui a fait les beaux jours des joueurs PC. Malgré une maniabilité très approximative et des graphismes un peu pourris, je me laisse entrainer dans le jeu grâce à son ambiance malsaine et ses cadrages flippants (à l'époque, "Resident Evil" n'existait pas encore !). Un grand moment de jeu vidéo.

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

Retour au premier Flashback : Le DVD entre les mains, je repense donc à ce sentiment vécu dix ans plus tôt (le flashback 2, donc !), ce sentiment de malaise, cette peur d'avoir été (virtuellement) seul dans ce manoir pendant toute une nuit et me décide à acheter le film (surtout que le cast est pas dégueulasse : Christian Slater, Stephen Dorff), pour la somme de 14€90. Arrivée chez moi, je récupère une canette de coca et insère la galette du film dans mon lecteur. Et là, tous mes espoirs disparaissent ! Alors que le jeu avait un univers gothique dans lequel on était vraiment "alone in the dark", le film se passe dans un univers urbain et aurait dû s'appeler "All in the light" tant le personnage principal évolue toujours accompagné et en pleine journée ! Je me sens alors trahi et regarde sur la jaquette du DVD qui a pu osé me faire cet affront ! Et là, 7 lettres apparaissent : UWE BOLL !

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

A ce moment là, je me sens trahi par cet homme ! Je tape alors son nom sur le net et découvre que je ne suis pas le seul. Une armée de personne est prête à s'élever contre M. Boll ! Le réalisateur est même la cible de quasi-tous les critiques cinéma. Ne pas aimer Uwe Boll devient rapidement "in". Alors, c'est vrai que Uwe Boll a tendance à provoquer mais le lynchage se fait de plus en plus fréquent et dur. Il obtient même 2 razzie awards dont celui de la pire carrière (razzie qui n'était plus donné depuis plus de 10 ans et sorti des cartons spécialement pour lui). Rapidement, toutes sortes de plaisanteries sortent sur Uwe Boll dont celle-ci : "UWE BOLL Pro Director".

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

En 2008, une pétition fut mise en ligne sur le net afin de lui demander d'arrêter le cinéma. Uwe Boll annonca qu'il arrêterait de faire des films si la pétition arrivait à 1 000 000 de signature. "Objectif" énorme. La pétition n'arriva pas à ce niveau mais a tout de même dépassé les 350 000 signatures ! A l'époque, Uwe Boll déclara que cette pétition était orchestrée par Spielberg et Michael Bay...

En 2009, face à tout cela, j'ai moi-même, créé une petition afin de le soutenir. Pétition qui récolta... 10 signatures !

D'ailleurs voici le lien : http://www.mesopinions.com/Soutien-au-realisateur-Uwe-Boll---Support-to-director-Uwe-Boll-petition-petitions-f62bc65768582e3bae4fbb88c7fb5723.htm

Si j'ai fait cette pétition, c'est parceque dans sa carrière, Uwe Boll a tout de même fait des films interessants, principalement : Postal (chef d'oeuvre !), Rampage, Seed, Stoic, etc... et a sû aller dans différents genres (parfois pour des raisons lucratives, ok) et être un des réalisateurs les plus originaux et les plus libres de ces 2 dernières décennies. Et il en faut !

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

2012, le weekend dernier, je me suis rendu à Paris, à la boutique "Movies 2000" et j'ai enfin pu rencontrer Uwe Boll. Contrairement à l'arrogance dont il fait parfois preuve dans les interviews et sa virulence face aux journalistes, Docteur Boll est très sympathique, ouvert à la discussion, prêt à signer des autographes et à poser pour des photos avec le sourire.

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

Aussi, lors de ma rencontre avec le réalisateur, j'ai pu lui faire dédicacer mon DVD de "Alone in the dark" et ainsi comprendre pourquoi je l'avais acheté.

En effet, à l'époque, j'ai, par hasard, acheté "Alone in dark" et cela m'a permis de découvrir une filmographie, certes bancal, mais rare et pleine d'audace et enfin pouvoir rencontrer Uwe Boll, un réalisateur vraiment pas comme les autres. La boucle est bouclée.

I love Uwe Boll !

AMOUR VACHE (Uwe Boll)

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Rencontres

Publié le 8 Juin 2011

Rencontre avec James Wan & Leigh Whannell

Arrivée un peu en avance (une habitude chez moi) à l'avant première d'Insidious, le nouveau film du réalisateur de "Saw", "Dead Silence" et "Death Sentence", j'étais un peu stressé car je voulais rencontrer James Wan et j'avais peur de le rater puisque, d'une part, je ne savais pas s'il allait se rendre disponible et d'autre part, je ne savais pas exactement à quoi il ressemblait. Pour me calmer un peu et pour me faire patienter, j'ai eu le droit à ce superbe t-shirt (qui était offert aux quelques premiers arrivants, avec même des choix dans les tailles)!

Rencontre avec James Wan & Leigh Whannell

Dans le devant de la file d'attente, je discutais avec un autre fan qui semblait encore plus euphorique que moi. Il me montrait sa collection de DVD de James Wan (les 3 films cités ci-dessus) qu'il voulait faire dédicacer par le réalisateur et me racontait qu'il avait déja vu "Insidious" et que c'était très flippant. Devant tant d'enthousiasme, mon stress de ne pas pouvoir rencontrer M. Wan redescendit un peu. Je me suis dit que pour voir le réalisateur d'Insidious, il me suffirait de suivre cette personne. J'avais trouvé plus inquiet que moi, je n'allais pas laisser passer une telle chance !

Rencontre avec James Wan & Leigh Whannell

Une fois entré dans le cinéma, je surveille donc où s'assoit ce fameux fan et me place stratégiquement derrière lui. Selon mon idée, il ne me reste plus qu'à attendre qu'il bouge. Lorsque ce sera le cas, ce sera pour une simple et bonne raison : James Wan est là. Je reste donc tranquille observant d'un oeil mon fan se tortiller et observer toutes les entrées de la salle. Au bout de quelques longues minutes, je le vois qui se lève et se dirige vers le fond du cinéma pour parler à une personne d'origine asiatique. Je reconnais alors James Wan et file les rejoindre. James Wan était entré discrètement dans la salle et s'était assis dans une rangée tranquille pour ne pas se faire remarquer mais c'était sans compter sur mon fan qui avait fait tout le boulot à ma place en surveillant toutes les personnes qui mettaient le moindre doigt de pied dans la salle.

Rencontre avec James Wan & Leigh Whannell

James Wan était accompagné de son fidèle acolyte Leigh Whannell. Une photo avec les deux personnages s'imposait !

Rencontre avec James Wan & Leigh Whannell

Voir les commentaires

Rédigé par Gib

Publié dans #Rencontres

Publié le 10 Septembre 2010

Le dernier exorcisme, la Mad Team, Eli Roth et moi

S'il y a bien un réalisateur américain que j'adore, c'est bien Eli Roth ! Son premier film "Cabin Fever" est un de mes films de chevet et ses 2 "Hostel" restent des musts du film d'horreur contemporain, alors quand j'ai su qu'il était à Paris pour la présentation du film "Le dernier Exorcisme" (qu'il produit), je me suis dit que cela ne pouvait pas se passer sans moi !

J'étais entrain de déjeuner (il était environ 14h) quand j'ai vu qu'Eli était à Paris ! Ni une ni deux, j'ai contacté Claudia et réservé la soirée pour l'étrange festival !

Le dernier exorcisme, la Mad Team, Eli Roth et moi

Après de nombreuses péripéties (travail, perte de ma carte bleue, grève SNCF...), j'ai enfin pu rejoindre Claudia et le festival. Un mcdo avalé plus tard, c'était bientôt l'heure de la séance ! Je me rends donc dans le hall du festival pendant que Claudia part faire un peu de lèche vitrines !

L'heure fatidique approche, Claudia n'est pas là, tout le monde commence à rentrer dans la salle, Claudia n'est pas là, je stresse, je lui envoi des sms, elle ne répond pas, le film va commencer dans quelques minutes et elle n'arrive pas, une femme vient me voir et me dit d'aller dans la salle pour ne pas rater le début du film, je lui dit que je ne peux pas et sort du hall pour appeler Claudia, je prend mon téléphone et commence à appeler quans soudain, qui vois-je ? Non, pas Eli Roth mais les journalistes de l'équipe du magazine "Mad Movies" ! Nous discutons donc un peu et prennons cette photo en souvenir. Quelques secondes plus tard, qui voilà ? Eli Roth bien sûr !

Le dernier exorcisme, la Mad Team, Eli Roth et moi
Le dernier exorcisme, la Mad Team, Eli Roth et moi

Après avoir jacté quelques instants en franglais (qu'il maîtrise parfaitement, tout comme moi), nous avons rejoint la salle pour voir le film. Yeaah !

J'ai aussi revu une vieille connnaissance, Alexandre Aja !

Voir les commentaires