DREDD - La Critique

Publié le 4 Janvier 2013

D'aucuns diront qu'il faut mieux oublier la première adaptation du célèbre Juge au cinéma avant de se lancer dans cette nouvelle version afin de ne pas avoir d'a priori négatif sur le film. Personnellement, j'ai vu le Judge Dredd avec Stallone à sa sortie en 1995 et je n'avais pas trouvé ça si mal. Il faut dire qu'à l'époque, j'avais 13 ans et comme dirait mon père : " à cet âge là, un chien et un chapeau, ça l'amusait". Pas faux, je regardais Beethoven aussi. Bref, pour être honnête, je n'ai plus grand souvenir du film de Danny Canon donc c'est avec une certaine liberté d'esprit que je me lance dans le visionnage de Dredd made in Pete Travis.

DREDD - La Critique
DREDD - La Critique

Dans un futur proche et désolé, Dredd et sa nouvelle partenaire vont se retrouver piégés dans une cité remplie de malfrats. A la tête de ces gangs, une certaine Ma-ma, ex-pute devenue plus grande fabricante de "slo-mo", une nouvelle drogue qui permet d'avoir l'impression que le temps est ralenti 100 fois. Voilà pour l'histoire.

Bien sûr, l'idée de la drogue "slo-mo" va permettre à Pete Travis de nous claquer quelques "slow motion" et autres sortes de "bullet time" pendant le film. D'ailleurs, au début, j'ai eu peur que toutes les scènes d'actions soient tournées comme cela et puis après 20 minutes de film, on rentre dans des gunfights plus virils. Tiens, d'ailleurs, "viril" est un mot qui va bien à Dredd. La loi c'est lui et il n'hésite pas à l'appliquer. Tel un Bronson ou un Inspecteur Harry des temps modernes, Dredd désoude, sans pitié, tous ceux qui enfreignent la loi. Certains (vous savez, ceux qui s'offusquent facilement genre "Familles de France") lui reprocheront une approche un peu fascisante, d'autres jubileront devant ce spectacle de violence et d'humour à froid.

DREDD - La Critique

Bon, soyons clair, Dredd n'est qu'un gros "shoot them up" : un super héros, un boss final, des sbires à massacrer, des étages à monter... Le film a tout d'un jeu vidéo. En dehors de cet aspect simpliste, on peut tout de même apprécier la fidélité au matériau d'origine avec son ultra-violence, ses décors bien crasseux et un Karl Urban, dans le rôle de Dredd, au diapason avec l'esprit de la BD. Car oui, si le film marche aussi bien, c'est grâce à son interprète principal. Karl Urban, toujours casqué, en impose. Des phrases chocs, une gestuelle et une démarche impressionante ainsi qu'une voix (en V.O) grave à faire trembler le bandit le plus endurci, Karl Urban a capté l'essence du célèbre juge. Le reste du casting n'est pas mauvais non plus, si on retire la majorité des personnages qui crèvent en moins de 30 secondes, il reste donc Olivia Thirlby (dans le rôle de la rookie Anderson), Lena Headey (Ma-ma) et Wood Harris ("otage" de Dredd) qui assurent leur rôle sans soucis.

DREDD - La Critique

Dredd est donc une bonne surprise. Après un premier métrage, basé sur le même matériau, très critiqué et une post-production difficile, le film sort enfin et ne déçoit pas. Au contraire, il vient se placer dans les meilleures adaptation de comic book aux côtés de Spiderman et des X-men.

Un film qui plaira donc aux fans de la BD ainsi qu'à tous ceux qui ont envie de voir un bon gros film d'action bien bourrin. Bref, ça devrait déja contenter une bonne partie de la population ! Dommage que Dredd ne soit pas diffusé sur les écrans de cinéma français (bon, c'est pas grave, on a Boule et Bill) et qu'il n'a le droit qu'à une sortie vidéo le 11 février.

Ma note : 7/10

Rédigé par Gib

Publié dans #Critiques

Commenter cet article