Demain, quand la guerre a commencé

Publié le 15 Janvier 2013

C'est marrant de voir que des films tels que Twilight ou Hunger Games sortent en salles en grandes pompes et reçoivent un accueil incroyable alors que d'autres comme Demain, quand la guerre a commencé n'a le droit qu'à une petite sortie vidéo sans quasi-aucune promo. Pourtant, malgré de nombreux défauts, Demain... dépasse largement les films précités. Un scénario et un rythme largement meilleur que Twilight et une réalisation bien au dessus du brouillon Hunger games. Pour un film ciblé ado tiré d'une série de livres, on vise même le haut du panier.

Demain, quand la guerre a commencé
Demain, quand la guerre a commencé

Après un petit weekend dans une campagne perdue, sept camarades de classes retournent à la civilisation et se rendent comptent que...bah...il n'y a plus de civilisations... Quelques pérégrinations plus tard, ils comprennent qu'une guerre a éclaté et que le pays entier a été fait prisonnier. Notre "club des 7" va donc devoir essayer de bouter l'envahisseur hors de l'Australie. Car oui, Demain est un film australien. Réalisé par Stuart Beattie à qui l'on ne doit rien niveau réalisations mais beaucoup de choses niveau scénarii, notamment 30 jours de nuit et G.I. Joe...Bref, si vous voulez le détail de sa filmo, allez sur allociné ! (ouais, je suis sympa, je fais de la publicité aux petits sites). En tous cas, caméra en main (ou derrière le combo), Beattie se débrouille bien, troussant quelques scènes d'actions et de suspenses efficaces et bien foutues.

Demain, quand la guerre a commencé

La scène de l'hélico à la recherche de nos héros, les fusillades et autres courses-poursuites réalisés de bien belle manière sauront faire plaisir aux fans d'action et la violence physique et psychologique plaira à un public plus mature tandis que le côté teen ravira la cible de base de ce genre de film. Le compromis est-il donc parfait ?

Malheureusement non. Les débuts de romance ont tendance à réduire l'impact émotionnel du film mais surtout à créer des incohérences un peu génantes. Par exemple, l'héroïne pète un cable et menace de tuer un des autres protagonistes car il a eu le malheur de s'endormir pendant son tour de garde alors que, quelques minutes plus tard, elle excuse sans problème une amie à elle qui a coupé son talkie walkie (pendant une mission ultra-importante) pour lui parler d'une histoire de coeur... Etrange et un peu malheureux pour la crédibilité du scénario.

Demain, quand la guerre a commencé

Malgré cela, Demain est donc plus que recommandable mais est surtout une excellente introduction d'une série de films que l'on ne verra jamais, faute de succès de ce premier volet. Et ça, forcément, c'est très dommage quand on voit certaines bouses s'étaler sur nos écrans pendant de longues années...

Ma note : 6.5/10

Rédigé par Gib

Publié dans #Critiques

Commenter cet article